Parlons du soleil, de ses effets sur la peau et la personne dans sa globalité.

 

Les effets bénéfiques sont nombreux comme la synthèse de la vitamine D grâce à la peau et au cholestérol, la production d’hormones qui contribuent au bien-être, la prévention de certains cancers, l’immunité. S’exposer au soleil est donc essentiel.

Mais en excès et sans protection, il peut y avoir des conséquences très graves. Brûlures, vieillissement prématuré de la peau, risque de cancer sont parmi les plus délétères.

Alors, en avoir conscience, c’est pouvoir en limiter les risques. Comment agir ?

 

L »assiette comme premier champ d’action pour la peau !

 

L’alimentation est le meilleur moyen de donner à notre organisme de quoi se défendre et de quoi nourrir notre peau. On favorisera ainsi une alimentation riche en micronutriments pour maintenir le potentiel redox lors de stress oxydatif (enzyme, ERO). Une alimentation vivante et hypotoxique (bio ou issue d’un petit producteur engagé pour la planète et attention à la cuisson, le stockage, la fraicheur…).

Que doit-on privilégier :

– Des aliments riches en béta carotènes qui protègent la peau comme les carottes, les patates douces, les épinards, les tomates, les fruits frais tels que les melons, les abricots, les pèches, les légumes verts et rouges. Il faut en consommer régulièrement 1 mois avant l’exposition. Les jus frais (gaspacho, jus de carottes, abricots…).

– Des acides gras essentiels (oméga 3/6/9, EPA, DHA) qui aident à la régénération de la peau : huiles vierges premières pression à froid d’olive, de colza ou lin et de bourrache ainsi que des maquereaux, sardines, saumons sauvages, œufs de plein air sur herbe…

– Des aliments source de vitamine A (le béta-carotène devient vitamine A) qui protège la peau : légumes verts, jaune d’œuf, fromage, persil…

– La vitamine C qui est anti oxydante et qui participe à la synthèse du collagène (élasticité, souplesse de la peau). Elle est particulièrement fragile à la chaleur (60°max), ainsi il est préférable de consommer les aliments, riches en celle-ci, crus : poivron, persil, agrumes, kiwi…

– La vitamine E qui est anti oxydante : oléagineux (noix, pistaches, amandes), huiles végétales (colza, argan, argousier…).

– Les oligo-éléments qui participent aux processus de régénération et protection (enzymes et espèce réactive à l’O2) : sélénium (noix du Brésil 2/j, produits de la mer, lentilles…), zinc (huitre, céréales complètes, légumineuses), cuivre (algues marines, huitres, céréales complètes, fruits, légumineuses, oléagineux…), le manganèse (pignon, noix poisson, gingembre, pdt, thé, vin, cacao…).

– L’eau est vitale. Elle permet une bonne hydratation de la peau. assurez-vous de boire suffisamment.

En période estivale (période de stress oxydatif),  la consommation de végétaux doit être augmentée. 8 à 10 portions par jour devrait être la norme pour faire le plein de micronutriments et anti oxydants.

Les yeux très fragiles eux aussi, bénéficieront des mêmes conseils.

 

Les soins externes de la peau sont importants.

 

Aucun produit n’assure une protection totale (chimiques, la protection est toujours inférieure au chiffre annoncé. Maison, elle est moindre encore). Il est donc nécessaire de renouveller l’application toutes les heures. Les filtres minéraux ou les crèmes, mais aussi les préparations maisons doivent nous accompagner partout.

Chaque personne a son phototype qu’il faut absolument connaitre pour réduire encore les risques liés à l’exposition. Parfois 5 min peuvent causer des dégats irréversibles (phototype 1).

Pour les yeux, le port de lunettes est impératif même s’il fait brumeux, gris. Des atteintes douloureuses peuvent survenir sans protection.

 

Des soins maisons, bonne ou mauvaise idée ?

 

Certaines substances sont photo toxiques. On les retrouvent également dans les cosmétiques du commerce. Lire les étiquettes est indispensable (certaines applis aident). Il ne faut pas jouer les apprentis en matière de cosmétique.

Elles peuvent être photo sensibilisantes : les furocoumarines que l’on retrouve dans les fanes de carottes, le céleri, le fenouil, le persil, la berce, la rue, la figue (les jardiniers, maraichers doivent être prudent). Certaines huiles essentielles (HE) sont pourvues de cette substance qui provoque des tâches irréversibles sur la peau : tous les citrus (sauf s’ils ont étaient dépourvus de celle-ci, c’est indiqué par le fournisseur), persil, angélique archangélique, ammi (khella), coriandre, aneth, anis. L’huile végétale de millepertuis contient aussi des furocoumarines.

D’autres peuvent provoquer des allergies les lactones sesquiterpènes : HE d’achillée millefeuille, de laurier noble, de magnolia. Et certaines plantes : les tulipes, la primevère, le lichen, chrysanthèmes, dahlia, . Même en promenade, être prudent et savoir peut être utile. Certains légumes comme l’artichaut, la chicorée, la laitue, l’endive, le pissenlit et même le tournesol et l’arnica.

 

Alors que doit-on choisir pour préserver la peau ?

Voici à présent des substances appropriées aux soins de la peau quand il y a une exposition :

– Le macérat de carotte est une huile protectrice et légèrement auto bronzante.

– L’huile de coco a des propriétés protectrices.

– Huiles végétales régénératrices et réparatrices : avocat (film protecteur, FP), coco (FP), jojoba (FP et anti inflammatoire AI), abricot (film protecteur), rose musquée (AI), nigelle (AI), chanvre (AI), argan (AI), sésame (AI), calophylle (AI), onagre et bourrache (FP et AI).

Huiles essentielles (HE) : lavande fine, camomille romaine, encens, bois de hô, santal, ciste, palmarosa régénèrent et luttent contre le dessèchement/ cèdre d’atlas, patchouli, ylang, camomille romaine apaisent les rougeurs et démangeaisons. (certaines personnes peuvent réagir, pensez à tester sur une petite zone).

Enfin pour préparer avant l’exposition : la poudre d’urucum (utilisée par les indiens d’Amazonie) est protectrice et anti oxydante pour la peau. Avec sa teneur en béta carotène 100 fois supérieure à la carotte et ses oligoéléments précurseurs, elle est conseillée à toute personne désireuse de se préparer ou de prolonger son bronzage. Mélanger 100ml d’huile végétale à 10 g de poudre et le tour est joué.

 

Idée recette !

Après soleil :  pour une cuillère à soupe gel d’aloé vera 2/3 + macérat de carotte 1/3 + 3 gouttes HE lavande vraie ou aspic + 2 gouttes HE camomille romaine le temps d’apaiser les rougeurs. Petits et grands.

 

Pour conclure, limiter les risques c’est :

– S’alimenter de manière variée.

– Boire un peu plus en petites quantités tout au long de la journée.

– Également respecter le principe de précaution (exposition, protection externe…).

Et surtout pouvoir ensuite profiter sereinement et pleinement de ces moments ensoleillés chez vous ou en vacances, en famille ou entre amis.

 

Share This

Share this post with your friends!